Rapport d'activité CRPE pour l'année 1978

Résumé : L'année 1978 a été, pour le C.R.P.E., celle de l'exploitation intensive des données nouvelles (Geos I, Geos II, ISEE et, au sol, l'ensemble de deux radars Doppler atmosphériques), celle de la préparation technique et scientifique de programmes futurs (Arcad III et Picpab dans le domaine spatial et EISCAT au sol), ce fut aussi une année d'inflexion de nos programmes vers des applications liées aux télécommunications (propagation en présence de météores, charges utiles de télécommunication, modèles de réseaux de commutation). Pour que des expérimentations de la complexité de GEOS ou de l'étude de la convection nuageuse par radar Doppler deviennent productives sur le plan géophysique il faut une dizaine d'années de travaux préparatoires tant scientifiques que techniques, et il faut rendre hommage à la ténacité de leurs promoteurs et à l'adaptativité des équipes qui ont su forger les méthodes d'interprétation au fur et à mesure des progrès ou des bouleversements des connaissances dans leur discipline. Qui, il y a dix ans, pouvait prévoir que les résultats les plus spectaculaires de GEOS porteraient sur les ondes à caractère électrostatique et, en UBF, les ondes multiharmoniques ? Que la sonde à résonance non seulement fonctionnerait dans le vent solaire mais qu'elle y mesurerait un bruit interprétable en terme d'instabilité de ce plasma ? Comment prévoir que les premiers résultats de l'équipe convection porteraient sur l'étude des fronts et, dans le pur domaine de la convection, sur des sites de montagne, à la suite du prêt de nos appareils à une expérimentation de contrôle de modification du temps ? Plusieurs expérimentations sont en gestation au C.R.P.E. et ne deviendront productives que dans les années à venir. La plus importante, la plus proche dans le temps, est EISCAT dans l'organisation multinationale de laquelle des chercheurs du C.R.P.E. assument diverses responsabilités de premier plan. Tout laisse présager que le C.R.P.E. sera dans les premiers à exploiter ces futures données : l'expérimentation faite par le C.R.P.E. à Chatanika pour mesurer, en région aurorale, la raie de plasma, par diffusion incohérente, lors de précipitation de particules, a en effet été un succès -les études théoriques et expérimentales sur la pénétration des courants de convection ont abouti- l'expérience, grâce au sondeur de St Santin, a confirmé l'existence d'effets non linéaires entre ondes hyperfréquence distantes de la fréquence plasma du milieu. Puis viendra en 1981 le lancement d'Arcad III, un peu tard pour l'IMS, qu'il aurait bien complété grâce à son orbite très incliné et à. son excentricité. Enfin Picpab qui ouvre la voie aux expériences actives sur le Spacelab, celle-ci visant, grâce à un canon à ions, à décrire les champs électriques alignés le long du champ magnétique. D'autres études, plus anciennes, restent productives et forment le fond continu de réflexion théorique ou d'expérimentation d'où émergent de temps en temps des programmes plus ambitieux ; ce fond continu, en tout état de cause, présente souvent une efficacité dans le progrès des connaissances que n'ont pas des programmes plus coûteux. Radars météoriques, grand sondeur de St Santin, études de physique mathématique, métrologie des plasmas spatiaux sont à ranger dans ce secteur de production scientifique continue du laboratoire. Enfin un rapport d'activité sur 1978 montrera mal l'inflexion assez nette des programmes du C.R.P.E., au cours de cette même année, vers des études plus directement orientées vers les télécommunications. Cependant déjà, quelques publications en font foi (137), (205), (449). Il est plus facile de décrire le passé que de donner des indications sur les modifications qui se feront jour. Il est cependant certain que le mouvement vers des objectifs de télécommunication se poursuivra un an ou deux. Un cinquième environ du C.R.P.E. travaillera alors dans ce domaine et il serait bon que des organes compétents du C.N.R.S. (la section 2 du Comité National, par exemple) en soient saisis. En géophysique deux regroupements devraient se faire, l'un sur la physique des zones de hautes latitudes autour d'EISCAT, l'autre sur le programme international MAP (Middle Atmosphère Program). D'anciennes études du C.R.P.E. comme le grand sondeur de St Santin ou les radars météoriques devraient, dans un cadre comme dans l'autre, trouver une nouvelle inspiration. La préparation de très gros programmes spatiaux mobilise encore sur des échéanciers tendus l'essentiel des forces à Orléans ; passé cet effort exceptionnel, une diversité plus grande des méthodes sinon des objectifs doit se rétablir : le dynamisme des équipes en physicochimie des atmosphères, en physique mathématique ou en métrologie des plasmas suffiront à rétablir cet équilibre. Une préoccupation nous reste cependant lorsque nous voyons l'abondance des données dont nous disposons et la richesse de l'éventail des disciplines géophysiques ou appliquées du laboratoire. C'est de ne pouvoir accueillir plus de jeunes chercheurs : leur premier poste, au-delà des bourses et allocations de recherches, est trop aléatoire. Par la suite le C.R.P.E. a toujours fait la preuve de son aptitude, grâce à ses liens avec le C.N.E.T., le C.N.E.S. et diverses industries, à offrir à ceux qui le désiraient des changements profonds dans leur carrière personnelle.
Document type :
Administrative Reports
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://hal-lara.archives-ouvertes.fr/hal-02192233
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Tuesday, July 23, 2019 - 5:21:23 PM
Last modification on : Wednesday, July 24, 2019 - 1:14:39 AM

File

RP_182-39.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02192233, version 1

Collections

Citation

- Centre de Recherches En Physique de L'Environnement Terrestre Et Planétaire. Rapport d'activité CRPE pour l'année 1978. Note Technique CRPE n°73. 1979. ⟨hal-02192233⟩

Share

Metrics

Record views

1