Rapport de l'enquête française sur la guerre du Golfe et ses conséquences sur la santé

Résumé : D’août 1990 à juillet 1991, le conflit contre l’Irak a regroupé des troupes d’une coalitionde près de 40 pays, dont majoritairement les Etats-Unis (avec 700 000 hommes), la GrandeBretagne (50 000 hommes) et la France (25 000 hommes).A partir de 1993, d’abord aux Etats-Unis puis en Grande Bretagne, des plaintes etdéclarations de symptômes ont été enregistrées de la part de militaires ayant servi dans leGolfe. Une grande variété de problèmes de santé a été présentée par un nombre nonnégligeable de « vétérans » (près de 10% de soldats américains en auraient été victimes).De nombreuses causes ont été proposées en relation avec la guerre du Golfe (fumées depuits de pétrole en feu, maladies infectieuses, effets secondaires de médicaments utiliséscomme antidotes d’armes chimiques (pyridostigmine), insecticides, uranium appauvri,vaccinations, armes de guerre chimiques ou biologiques, climat et conditions de vie, stresspsychologique …) et la notion médiatique de « syndrome de la guerre du Golfe » aégalement été évoquée.Dès janvier 1994, le Ministère de la Défense Américain a mis en place un Comité chargé decoordonner les efforts pour répondre aux problèmes de santé des vétérans de la guerre duGolfe. Ces travaux, dont certains sont terminés et d’autres encore en cours, ont conduit à detrès nombreuses publications scientifiques. Des milliers d’autres publications (revuesgénérales, journaux, rapports …) ont été réalisées Outre-Atlantique.De ces travaux sont ressortis les éléments suivants.Aucune étude n’a rapporté un excès de mortalité chez les militaires ayant participé àla guerre du Golfe par rapport à des militaires non déployés, à l’exception d’un excès demortalité par accident de la route (1,2). Cette légère surmortalité par accident dont témoignel’analyse est partiellement expliquée par un excès de conduites à risque rencontré dans lessuites d’opérations militaires et ne témoigne, selon les auteurs, d’aucune spécificité de laguerre du Golfe. De plus une enquête américaine récente, étudiant les caractéristiquesassociées au déploiement dans le Golfe Persique, souligne le fait que les militaires déployésavaient des comportements, antérieurs à la guerre du Golfe, plus à risque que les militairesnon déployés (3).En ce qui concerne la descendance, il n’a pas été rapporté de diminution de lanatalité, de morbidité ou mortalité néonatale et infantile (4-6) particulière chez les militairesde la guerre du Golfe. Cependant, ils sembleraient présenter une plus grande fréquence defausses couches (7).Aucune pathologie « référencée » n’a été décrite comme présentée en excès chez lesvétérans de la guerre du Golfe, hormis l’apparition d’une pathologie neurologique (scléroselatérale amyotrophique) (8,9). (...)
Document type :
Reports
Complete list of metadatas

Cited literature [32 references]  Display  Hide  Download

https://hal-lara.archives-ouvertes.fr/hal-01571608
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Thursday, August 3, 2017 - 9:34:05 AM
Last modification on : Friday, August 4, 2017 - 9:27:05 AM

Files

INSERM_Rapport_final_13_juille...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01571608, version 1

Collections

Citation

R. Salamon. Rapport de l'enquête française sur la guerre du Golfe et ses conséquences sur la santé. [Rapport de recherche] Institut national de la santé et de la recherche médicale(INSERM). 2004, 286 p., bibliographie p. 276 et 277, tableaux, graphiques. ⟨hal-01571608⟩

Share

Metrics

Record views

194

Files downloads

184