Tuberculose : place de la vaccination dans la maîtrise de la maladie

Résumé : La tuberculose, important problème de santé publique dans le monde, aconduit l’OMS à inciter les gouvernements à promouvoir un programmenational de lutte contre cette maladie. Dans les pays en développement, où ily a une forte endémie de tuberculose, la vaccination des nouveau-nés par leBCG est une action déterminante de ce programme, l’amélioration de l’efficacitédu vaccin est considérée comme une priorité mondiale.Dans les pays industrialisés, l’existence d’une politique vaccinale au sein duprogramme est variable. Certains pays ont en effet privilégié la détectionprécoce des cas, le traitement des cas contagieux et la thérapie préventive despersonnes infectées plutôt que la vaccination. En France, pays de forte traditionvaccinale, la vaccination par le BCG est obligatoire pour l’entrée encollectivité des enfants et la couverture vaccinale est élevée (95 % à 6 ans).En application d’un décret et d’un arrêté publiés en juillet 2004, une seulevaccination est désormais préconisée et les tests tuberculiniques ne sont pluseffectués pour contrôler la vaccination.Il est difficile de distinguer le rôle spécifique de la vaccination dans l’impactglobal des programmes sur le contrôle de la tuberculose. Il est cependantuniversellement admis que la vaccination protège les jeunes enfants contreles formes sévères de tuberculose (méningite et miliaire). Par ailleurs, l’efficacitéde la vaccination par le BCG a pu être évaluée dans certains pays oùl’interruption des programmes de vaccination s’est traduite par une augmentationdu nombre de cas de tuberculose.Plusieurs pays d’Europe à faible incidence de tuberculose ont arrêté la primovaccinationou pratiquent une vaccination ciblée sur des groupes à risque.L’efficacité de la stratégie de vaccination sélective est dépendante de lacouverture vaccinale obtenue dans ces groupes cibles et donc de la capacité àles identifier et à les vacciner.En France, l’incidence moyenne des cas déclarés, de l’ordre de 11 pour100 000, est équivalente à l’incidence moyenne en Europe occidentale. Cechiffre global cache une disparité importante, géographique mais surtoutentre les populations natives et étrangères. À Paris, l’incidence des casdéclarés est 5 fois plus forte que l’incidence moyenne nationale. En France,dans les populations étrangères issues de pays à forte endémie, l’incidence,environ 10 fois supérieure à celle des populations autochtones, est enaugmentation (de près de 20 % par an pour la population des 15-24 ans).
Type de document :
Rapport
[Rapport de recherche] Institut national de la santé et de la recherche médicale(INSERM). 2004, 281 p., tableaux, graphiques
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [172 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-lara.archives-ouvertes.fr/hal-01570650
Contributeur : Colette Orange <>
Soumis le : lundi 31 juillet 2017 - 14:22:59
Dernière modification le : lundi 19 mars 2018 - 14:12:01

Fichier

INSERM_tuberculose.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01570650, version 1

Citation

Roland Brosch, Didier Che, Bénédicte Decludt, Pierre Durieux, Joël Gaudelus, et al.. Tuberculose : place de la vaccination dans la maîtrise de la maladie. [Rapport de recherche] Institut national de la santé et de la recherche médicale(INSERM). 2004, 281 p., tableaux, graphiques. 〈hal-01570650〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

263

Téléchargements de fichiers

58