"Quand j'étais mère de famille" : Inventions collectives autour de l'accueil des enfants en âge préscolaire : France, 1968-1981 - Axe de Recherche en Histoire Numérique Access content directly
Theses Year : 2023

« Quand j’étais mère de famille » (When I was a mother) : Collective inventions around preschool childcare : France, 1968-1981

"Quand j'étais mère de famille" : Inventions collectives autour de l'accueil des enfants en âge préscolaire : France, 1968-1981

Abstract

Numerous alternative childcare projects for pre-school-age children were set up in the '1968s'. This thesis looks at three in particular: university nurseries, early childhood centres and children-parents groups. These projects are characterised by very different relationships with the institutions and the administration, which determine their demands, the way they exist and the way they operate on a day-to-day basis, as described in detail in the first part of this thesis. To varying degrees, these three types of project also draw on the heritage of the nursery set up in the occupied Sorbonne in May and June 1968, to which a chapter is devoted.These projects have in common their claim for collective emancipation, in order to transform both relations between men and women and those between adults and children. This quest for equality involves a discourse on the need for gender diversity in institutions providing care for pre-school children, from which men are almost totally absent. Within these projects, these demands for gender diversity are sometimes put into practice, in particular by recruiting male employees and encouraging or even requiring fathers to participate. However, despite these demands, the majority of these projects are still imagined and implemented by women. The frequent identification of these projects with extended families tends to recreate a difficulty in identifying the tasks carried out within the family as work. However, it allows the parents behind these projects to find places where they can collectively think about and try out other ways of being parents, in a situation where their own parental model is often seen as a counter-model. By identifying with extended families, these projects help to push back the boundaries of parenthood, recognise the importance of everyday life in parenting and partially deconstruct the unequal social organisation between men and women based on a separation between the public and private spheres.All the players in the alternative projects studied in this thesis also share an ideal of redefining what young children are capable of. Their thinking about ways of working with children is based on the practical application of everyday experiments, trial and error, which form the basis for the development of collective practices. Their sources of theoretical reflection were drawn from currents in new education, psychoanalysis and the anti-authoritarian writings that were frequent during the period under study. Over and above these influences, these projects involved the observation of children, on the basis of which concrete organisational proposals were drawn up. This central role played by child observation overturns the traditional view that the child learns from the adult, placing the adult in a position to learn from the child if he or she can take the time to observe him or her.
De nombreux projets de modes d’accueil alternatifs pour les enfants en âge préscolaire ont été montés dans les « années 1968 ». Cette thèse en étudie trois en particulier : les crèches universitaires, les centres de la petite enfance et les collectifs enfants-parents. Ces projets sont caractérisés par des rapports très différents à l’institution et à l’administration, qui déterminent à la fois leurs revendications, leurs modalités d’existence et leur fonctionnement quotidien détaillés dans la première partie de cette thèse. Ces trois types de projets se revendiquent également tous, à des degrés divers, de l’héritage de la crèche montée dans la Sorbonne occupée en mai et juin 1968, à laquelle un chapitre est également consacré. Ces projets ont en commun de s’envisager au service d’une émancipation collective, destinée à transformer à la fois les relations entre hommes et femmes et entre adultes et enfants. Cette recherche d’égalité passe notamment par l’élaboration d’un discours sur la mixité dans les institutions de prise en charge des enfants en âge préscolaire, dont les hommes sont alors presque totalement absents. Au sein de ces projets, ces revendications pour la mixité sont parfois mises en pratique, notamment avec le recrutement de salariés hommes et un encouragement voire une obligation à la participation des pères. Cependant, malgré ces revendications, ces projets restent majoritairement imaginés puis portés par des femmes. L’identification fréquente de ces projets à des familles élargies tend à y recréer une difficulté à identifier les tâches faites au sein de la famille comme un travail. Elle permet cependant aux parents à l’origine de ces projets d’y trouver des lieux où penser et essayer collectivement d’autres manières d’être parents, dans une situation où leur propre modèle parental est souvent envisagé comme un contre-modèle. En s’identifiant à des familles élargies, ces projets participent à repousser les frontières de la parentalité, reconnaissent l’importance de la vie quotidienne dans son exercice et déconstruisent partiellement l’organisation sociale inégalitaire entre hommes et femmes fondée sur une séparation entre sphère publique et sphère privée.Tous les acteurs et actrices des projets alternatifs étudiés dans cette thèse portent également un idéal de redéfinition de ce dont sont capables les enfants en bas-âge. Leur réflexion autour des manières de faire avec les enfants s’appuie sur une mise en pratique d’expérimentations quotidiennes, faite d’essais et d’erreurs à-partir desquels sont élaborés des fonctionnements collectifs. Leurs sources de réflexion théoriques sont issues à la fois de courants issus de l’éducation nouvelle, de la psychanalyse ou encore des écrits antiautoritaires nombreux à la période étudiée. Au-delà de ces influences, ces projets mettent surtout en œuvre un dispositif d’observations des enfants, à-partir desquelles sont élaborées des propositions d’organisation concrètes. Cette place centrale de l’observation des enfants renverse le schéma classique selon lequel l’enfant apprend de l’adulte, en plaçant l’enfant dans une position d’apprendre à l’adulte s’il ou elle sait prendre le temps de l’observer.
Fichier principal
Vignette du fichier
these_internet_diff_neuville_e.pdf (11.15 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-04601648 , version 1 (05-06-2024)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04601648 , version 1

Cite

Elsa Neuville. "Quand j'étais mère de famille" : Inventions collectives autour de l'accueil des enfants en âge préscolaire : France, 1968-1981. Histoire. Université Lumière - Lyon II, 2023. Français. ⟨NNT : 2023LYO20056⟩. ⟨tel-04601648⟩
56 View
19 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More